Passer au contenu

Et Demain ?

Il était prévu initialement de publier ces dernières semaines des articles dans la continuité du 1er sur l’impression numérique. Mais il faut reconnaitre que les annonces officielles et le confinement ont quelque peu chamboulé notre quotidien à tou(te)s ces derniers jours.

J’ai mis un peu plus de 2 semaines à vous écrire.  2 semaines de réorganisation au sein de LTA et de ma famille de 5 personnes, 2 semaines de yoyo émotionnel (comme bon nombre d’entre nous), 2 semaines intenses où le sommeil est devenu pour moi un vague souvenir. J’espère malgré cette situation étrange et quelque peu surréaliste par certains aspects que vous vous portez bien ainsi que votre entourage !

Si la sidération a été ma 1ère émotion, celle qui qui ne m’a pas quittée durant la 1ère semaine, elle a fait place désormais à la colère. J’ai écrit et réécrit ce texte mille fois sur le papier et en pensées pour trouver le ton juste et ne pas me laisser envahir par les émotions négatives, pour qu’elles se transforment en énergie positive pour demain.  Au regard de cette situation exceptionnelle et du nombre incroyable « d’informations » auxquelles nous sommes confronté(e)s, il est temps de partager avec vous l’état de fait et le quotidien qui est désormais celui de LTA.

de gauche à droite : Amandine, Thomas, Françoise, Tiphaine & Clarisse

Pour rappel, LTA est une entreprise familiale, qui compte désormais 4 salariés. Dès le 16 mars avant l’annonce officielle, j’ai pris la décision d’organiser tous les postes qui le pouvaient en télétravail. Françoise et Clarisse travaillent à distance depuis le 17 mars et tant que l’activité le permettra. Tiphaine, qui a accouché en début d’année, est en congé maternité et n’a pas à subir les affres de cette organisation au jour le jour.

L’activité, dès les 1ers jours, a connu un coup d’arrêt. Pour vous donner une idée assez précise, nous devons pour payer toutes nos charges hors trésorerie (salaires, charges patronales et sociales, loyer, électricité, fournisseurs, …) réaliser un chiffre d’affaire journalier de 3 000€ HT soit 15 000€ HT / semaine. Depuis le confinement, nous avons réalisé 1 500€ HT de CA jour soit un chiffre d’affaires de 150€ HT / jour en 10 jours. Thomas qui est à l’atelier pour préparer les commandes n’a travaillé que la 1ère semaine de confinement car le nombre de commandes à traiter – qui étaient pour la plupart des commandes passées avant le confinement – ont été préparées en 3 jours.

La 2nde semaine, pour des raisons de responsabilité (ne pouvant assurer la protection de mes salariés sur le long terme à l’atelier) mais aussi financières, j’ai mis au chômage technique Thomas pour une durée indéterminée à ce jour. Les seules commandes reçues peuvent être traitées en 1 journée et concernent principalement les demandes pour réaliser des masques que je prépare moi-même.

En tant que chef d’entreprise, j’ai en 15 jours pris des décisions que je n’aurais jamais cru avoir à prendre et je redoute le pire pour l’emploi de mes salariés. La semaine passée, j’ai réalisé non seulement toute ma comptabilité des 7 derniers mois (clôture au 31/07 et non au 31/12), et j’ai contacté tout nos partenaires bancaires avec prévisionnels et plans de trésorerie à l’appui, en plus d’assurer la préparation à l’atelier et les expéditions. Je viens régulièrement à l’atelier pour réaliser la maintenance quotidienne sur l’imprimante et éviter tout dégât pendant cette période exceptionnelle.

Il est important pour moi de rester en contact quotidien avec l’ensemble de l’équipe et ils sont tous informés au jour le jour des évolutions de la situation. Finalement, me retrouver toute seule dans cet atelier et ces bureaux est irréaliste aujourd’hui malgré toutes ces années où j’ai porté seule cette entreprise dans mon garage de 30m². Je réalise aujourd’hui à quel point nous sommes devenus un collectif, un tout. Ce grand espace n’a pas de sens sans eux.

Alors, oui, on va me dire que le président a débloqué de l’argent pour sauver l’économie au détriment de la santé ou toute autre nécessité et urgence du moment. Pour l’instant, ce ne sont que des paroles. Si mes salariés « seront » (pour l’instant rien n’est effectif) indemnisés en chômage partiel à 80%  de leur salaire, en tant que chef d’entreprise, je ne toucherais rien ou des miettes. Et je pense à tous nos clients, aux entrepreneurs & aux indépendants au statut similaire qui sont dans la même situation depuis le 31/03.

Nos clients merceries qui ont reçu l’arrêté préfectoral avec l’obligation de fermer « auront » la possibilité de voir leur loyer suspendu ou de ne pas avoir de pénalités en cas de retard de règlement. Mais il en n’est rien pour les fournisseurs de ces entreprises qui n’ont du coup plus d’activité mais un loyer à régler.

Avant de « cracher » sur les entreprises comme j’ai pu l’entendre et le lire sur les réseaux sociaux ces derniers jours, en affirmant que « ce n’est pas 1 mois voire 2 d’inactivité qui vont nous tuer » et que nous avons des aides, je vous remercierais de lire les petites lignes et les critères de chacune de ces aides mises en place. Pour certaines d’entre elles, nous sommes d’ailleurs dans un flou artistique le plus total. Elles ne bénéficieront pas à toutes les entreprises, si elles sont vraiment mises en place. Et LTA ne rentre pas dans certains cadres déjà annoncés pour en bénéficier.

 Attention, des situations de stress et d’incertitude concernant la poursuite de mon activité, j’en ai connu en 10 ans. Ce n’est pas la 1ère et cela ne sera certainement pas la dernière !

Mon but est de partager avec vous aussi cet envers du décor, comme j’ai pu partager dans mon dernier article ma joie de voir aboutir notre projet de longue haleine : l’impression numérique.  Je ne baisse pas les bras. Au contraire, une fois de plus, je me suis remontée les manches. Mais au lieu de garder tout ceci pour moi, je préfère partager aussi cette réalité. Etre chef d’entreprise, ce n’est pas Disneyland tous les jours !

Je suis donc en colère

En colère par rapport à cette situation pour laquelle aucune des stratégies que j’imagine chaque heure ne me permet d’entrevoir une fin sympathique pour LTA et mon équipe.

En colère contre cette démagogie ambiante qui nous retourne les uns contre les autres et nuit gravement à l’entraide & à la solidarité, tout autant qu’au bon sens (Restez chez vous malgré le soleil et les vacances scolaires s’il vous plaît !).

En colère de participer dans l’urgence et à l’aveugle à « cet effort de guerre » (qui n’est pas une guerre au passage !) comme une bonne partie de l’industrie textile française pour la fabrication des masques pour lequel je me refuse à en tirer un avantage publicitaire comme certaines marques et industriels le font. On nous demande de faire front mais on ne nous offre aucun moyen de protection, aucune véritable organisation dans ce chaos improbable où la communication “storytelling bling bling” prime sur le reste. Nous ne sommes pas des héros au même titre que ne l’est pas le corps médical qui doit faire face lui aussi à une situation catastrophique. Que l’on arrête d’applaudir les victimes du système que nous avons créé ! Si aujourd’hui, notre activité est nécessaire et utile, il ne faut pas oublier que lindustrie textile française est mésestimée par tous depuis des décennies et fragilisée. Ce qui reste aujourd’hui en place ne sont que les miettes d’une délocalisation massive qui a affaibli notre pays. Le processus d’héroïsation qui est à l’œuvre ici notamment à travers les médias et les réseaux sociaux est très vicieux et perturbant. Nous n’avons pas besoin d’être glorifiés pour ce que nous faisons chaque jour (qui restent je le rappelle des gestes normaux liés à notre activité et qui sont réalisés parce qu’il faut les faire & de manière désintéressée – il ne s’agit pas d’actes héroïques). Nous avons besoin que nos métiers sous-estimés jusqu’alors soient reconnus pour leur vraie valeur et pas transformés en sur-activité (comme l’est le surhomme synonyme d’héros). Mais je m’arrête ici avant d’attaquer une dissertation sur les effets négatifs de ce processus sur les personnes ainsi présentées comme des “héros”.

En colère contre la saturation des réseaux de transport des colis (dont les protections sont rudimentaires) car nos envois avec les tissus et mercerie pour la confection de masques sont bloqués, aléatoires et depuis quelques jours leur acheminement incertain à cause d’achats non vitaux.

En colère vis-à-vis de cette situation sanitaire catastrophique que nous subissons, fruit de politiques flatteuses et vides de valeurs depuis des décennies.

En colère aussi pour l’injustice sociale actuelle face au confinement qui est passée sous silence par les médias.

Et demain ?

J’aurais aimé vous écrire tout autre chose. J’aurais aimé vous dire que tout va bien, que nous avons la trésorerie pour faire face à ce type d’imprévu. Cela aurait été faux. Comme bon nombre d’entreprises engagées et de petites entreprises, nous faisons face à une situation imprévisible et exceptionnelle, mettant à mal la survie de nos entreprises et de nos engagements & valeurs. Nous avons relevé de multiples défis ensemble ces 10 dernières années : mettre en place une filière textile française éco-responsable et certifiée GOTS, créer près de 300 qualités différentes, installer une chaine de production innovante et certifiée GOTS pour l’impression numérique, travailler collaborativement avec toutes les parties prenantes de la chaine de production, mettre en place une gouvernance démocratique avec notre équipe, vous proposer des tissus de qualité à prix justes toute au long de l’année, pérenniser un savoir-faire industriel local & français alors que peu y croyaient, produire de façon raisonnée, repenser le modèle économique …

Et je croise les doigts pour que nous puissions le faire pour les 10 prochaines années à venir !

Alors, ne vous précipitez pas pour passer commande d’un tissu (que l’on peut vous expédier après le confinement sur simple demande) dont vous n’avez sans doute pas vraiment besoin, même si cela mettrait du baume au cœur de toute l’équipe !

Pour nous soutenir dans cette période difficile, vous pouvez aussi tout simplement parler de nous sur les réseaux sociaux, partager vos créations couture avec nos tissus, liker, commenter & partager nos prochains posts ou nos story ! Nous faire sortir de l’oubli, c’est aussi important en cette période.

Nous vous donnerons des nouvelles plus régulières via IG plutôt que par newsletter sur l’évolution de la situation qui est instable.

Devant l’incertitude quotidienne et l’adaptation constante auxquelles je dois faire face depuis le début du confinement, j’ai décidé que cette colère et l’énergie qui en découle me serait plus utile pour reprendre ma to-do liste d’entrepreneur trop chargée au quotidien et de travailler sur ce qu’il est possible d’améliorer aujourd’hui :

  • Le site internet et ses bugs improbables – n’hésitez pas à nous en signaler !
  • La mise à jour des stocks sur la eshop et sur l’espace pro (l’inventaire réalisé en urgence pour les masques sert à quelque chose !)
  • la participation quotidienne au groupement masques du CSF pour faire connaitre nos stocks tissus & biais et nos capacités de production à la fourniture de matières pour les masques UNS 1 & 2
  • les tests de nos qualités selon plusieurs assortiments 2 ou 3 couches par l’IFTH & la DGA pour savoir lesquels sont les plus adéquats à la confection de masques UNS (Usage Non Sanitaire)
  • la préparation des commandes et demandes d’échantillons
  • la relecture des articles en attente notamment celui sur le tencel que vous attendez tou(te)s avec impatience depuis plusieurs mois seront publiés prochainement
  • la lecture de rapports scientifiques qui se sont accumulés sur le textile durable
  • la réalisation d’une relecture et d’une synthèse du travail effectué au sein du groupe de travail « Traçabilités & performances RSE » pour le Comité Stratégique Filière Mode & Luxe depuis septembre 2019
  • la relecture de la maquette de mon livre pour y effectuer les dernières corrections
  • la création de nouveaux formats sur IG sur lesquels nous travaillons avec Clarisse pour échanger avec vous,
  • la finalisation des motifs textiles pour la collection permanente
11m de qualités différentes découpées par l’échantillonneuse en morceaux de 10*10cm pour réaliser les tests matières par la DGA & l’IFTH pour la confection de masques UNS

 Il faudra  tirer des enseignements pour demain de cette crise.

Mais ferons-nous le nécessaire pour que le changement pour lequel nous œuvrons chez LTA depuis 10 ans soit de plus en plus effectif après la crise du Covid ? Est-ce que les effets salutaires sur la pollution de l’air ou de l’eau qui ont été constatés ne vont être que des faits inédits bien vite effacés, enfouis immédiatement par la remise en route pressée, cacophonique d’un mode de vie «Avant la crise du Covid» avec l’objectif de rattraper le retard pris et de le compenser ?

Nous vivons un « kaïros », un moment opportun, une occasion à saisir au sens des philosophes grecs comme Aristote, un moment clef qui symbolise une rupture entre un avant et un après, un instant plein de promesses mais fugace dont il faut avoir l’acuité nécessaire pour le saisir avant sa disparition définitive. Ferons-nous de cette crise du Covid un véritable « kaïros » au niveau national et international ? Il s’agit là d’une belle opportunité de se montrer créatifs et d’inventer un nouveau modèle sur les ruines de l’ancien.

Prendre ce temps pour réfléchir, pour se poser et vivre l’instant présent… Je pense qu’au-delà du lâcher-prise nécessaire face à une telle situation imprévisible à moyen et long terme, nous pouvons en profiter pour nous ressourcer, prendre de la distance face à tout ceci, au monde… Retrouvez un peu de sérénité, nous permettra peut-être de saisir ce « kairos » et de faire émerger le monde d’après la crise grâce à une justesse du coup d’œil retrouvé. Nous nous plaignions souvent de ne pas avoir le temps de faire tout ce que nous souhaitions dans une journée et de subir ce rythme effréné. C’est là l’occasion de vivre le temps autrement, de (re-)vivre avec son entourage et son cocon. Les conditions ne sont pas égales pour tous mais il me semble important d’en profiter pour faire un point sur notre vie et d’y noter tout ce que l’on aime dans notre quotidien.

Nous n’oublierons pas les erreurs commises avant et pendant la crise. Nous en tirerons les leçons nécessaires et achèverons l’avènement d’un nouveau système nécessaire à tous.

Je vous souhaite sincèrement de vivre cette période le plus sereinement possible,

Prenez soin de vous & de votre entourage, Bon courage à tou(te)s !

Amandine

9 Commentaires

  1. Bonjour Mme Cha,
    Je suis bien d’accord avec vos colères, étant moi-même auto- entrepreneuse qui donne des cours de couture dans le Val de Marne. Nous saurons nous adapter en tant qu’entrepreneuse et notre créativité dans ce domaine est infinie😊😊😊 Nous sommes des battantes et des battants.
    J’espère vivement qu’après ce Kaïros nous collaborerons ensemble. Cela fait longtemps que je repousse une visite dans vos ateliers. Je vous ai déjà rencontrée à des salons.
    A très bientôt
    Anne

    • Bonjour Anne,
      Je vous souhaite bon courage aussi dans cette situation étrange ! Je serais ravie de vous accueillir dans notre showroom une fois tout ceci passé afin de discuter de notre future collaboration.
      Prenez soin de vous et de votre entourage !
      à bientôt,
      Amandine

  2. Semprey Semprey

    On vous soutient !

    Vous faites partie des précurseurs du monde d’après cette crise.

    Bonne continuation !

    • Merci beaucoup !
      Construisons ensemble ce monde d’après !
      Prenez soin de vous & de votre entourage !
      Amandine

  3. IMBERT Isoline IMBERT Isoline

    Bonsoir Amandine et toute l’équipe.
    Merci pour toutes ces informations et ce partage.
    Je suis de tout coeur AVEC vous et continuerai à vous soutenir à mon échelle.
    A très vite.

    Isoline

    • Bonjour Isoline,
      Merci beaucoup pour votre commentaire et votre soutien précieux !
      Prenez soin de vous et de votre entourage,
      à bientôt,
      Amandine

  4. Bonjour à toute l’équipe
    Courage et je vous soutiens complètement dans cette période « transitoire », moi même étant entrepreneuse.
    J’espère sincèrement que l’Homme comprendra bcp de choses après cela, mais j’en suis moins certaine… car j’ai peur que bcp consomment encore PLUS après cela, et ne se posent pas les bonnes questions que la Nature nous transmets aujourd’hui…
    Je vous enverrai un MP à l’adresse contact, car j’ai proposé des masques pour mon village. J’utilise mon stock de tissus actuel, et je voudrais avoir vos retours à ce sujet.
    Bonne continuation et au plaisir de recommander vos tissus pour mon stock perso et mon stock pro 🙂 (si entre temps je ne vous commande pas pour confectionner des masques barrières).

  5. Chère Amandine,

    c’est avec beaucoup d’émotions que j’ai lu et relu votre texte depuis le 5 avril. Chaque jour je lis vos mots et ce n’est que maintenant que je vous réponds. Sans doute m’a-t-il fallu mon propre temps pour trouver les mots justes sans vous lancer à mon tour mon incompréhension qui bouillonne en moi pour vous dire un immense merci et un immense bravo pour vos mots vrais mais véritablement désolants.
    Entrepreneure vous le savez comme vous, j’entends trop souvent: 《t’inquiète tu vas avoir des aides 》. Et bien non je n’y ai pas droit. Car les TPE qui ont commencé comme moi fin 2019 n’ont pas de CA à produire. Alors oui je continue d’avancer, d’espérer, de croire en mon activité, votre activité et les défendre.
    Ce moment de confinement, je le passe à préparer un véritable plan de bataille pour l’après. Comment sera-t-il cet après? Nul ne le sait mais toutes et tous, entrepreneurs ; pouvons nous aider mutuellement. Alors oui je continuerai de parler de vous, de parler de votre professionnalisme et de cette valeur qui me tient à coeur: L’HUMANISME.
    Car l’humanisme n’est pas d’applaudir le travail des soignants qui ne font que leur travail. L’humanisme est d’applaudir pour faire du bruit pour que ces mêmes soignants aient des MOYENS. Ce n’est pas leur travail qui leur pèse mais leur manque de moyens. Pourquoi vouloir opposer les métiers des uns à celui des autres? L’humanisme n’est pas de dénoncer un système qui fonctionne parfois malhabilement. L’humanisme est de protéger les plus faibles, les plus précaires et de permettre à tout le monde de vivre dignement dans le respect de dame Nature. Vous avez raison Amandine: qui parlent de ces familles dans le besoin aux informations? Qui parle de tous ces gens qui comme nous défendent le made OF France, l’éthique et l’humain ? Pour lesquels le gouvernement semble bien dépourvu en terme de solution. Attention, je ne crache pas sur mon pays qui est un pays qui aide, qui soutient. Je parle comme vous d’une France élitiste et d’un système de gouvernance uniquement financière. Réveillons-nous et préparons dès aujourd’hui demain.
    Je soutiens Amandineetcha et toute votre équipe. Ne baissons pas les bras.
    Un immense MERCI pour vos mots sincères, naturels et bienveillants. Vous n’êtes pas seule.
    BERANGERE BRUNET

    • Chère Bérangère,
      Je vous remercie pour votre partage et partage tout à fait votre désarroi face à la situation & la démagogie ambiante. Prenons le temps ensemble de réfléchir à cet après et à la préparer pour que certaines choses ne se reproduisent plus, pas au 21ième siècle. Cessons d’être imbus d’une supposée supériorité sur la nature, les animaux, les autres et soyons humbles dans cette construction d’un nouveau système !
      Bon courage à vous,
      Prenez soin de vous, Bérangère

      Amandine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.